samedi 18 juillet 2009

Non

- Bonsoir Panthère, ce soir, c’est moi qui viens te voir, je voudrais que tu m’aides.
- Je suis là pour ça ma chère, il suffit de me le demander.
- Je ne me sens pas bien et j’ai l’impression d’être dans une spirale qui m’attire vers le bas, pourquoi ?
- Tu es en défi
- Un défi encore ? C’est quoi cette fois-ci ?
- C’est un énorme défi pour toi. Ce défi te fait tellement peur que tu as de nombreuses fois repoussé l’occasion de l’affronter. Il est temps de réagir sinon ta vie va prendre un tournant que tu ne souhaites pas.
- Tu me fais peur, qu’est-ce que je dois faire ?
- Pas grand-chose, il faut simplement que tu saches prononcer clairement le mot NON et que tu saches le dire à ceux que tu chéris sans avoir peur de les perdre.
- Comment savoir quand dire non ?
- Quand tu te forces à accepter pour faire plaisir, c‘est là qu‘il faut savoir refuser.

8 commentaires:

Pixel bleu a dit…

Et c'est plus des amis que tu as en face de toi, c'est une volière ! :))) Et plus tu était serviable, en recherche de sociabilité, de reconnaissance, pire c'est. Un passage dur et instructif. Faut en parler, ça change pas forcément grand chose au passage dans cette longue solitude provisoire où il est important de continuer d'aimer ceux qui partent vu que c'est toi qui change les formes de ta maison

eipho a dit…

Hello, un ptit bonjour en passant.
Merci pour ton commentaire.
Tes notes ici te correspondent tout à fait et je pense que c'est bien de les enregistrer au fur et à mesure que le temps passe, car, elles peuvent t'être aussi riche en enseignement en les revoyant plus tard.
Bonne continuation avec les éléments et l'animal-esprit ;)

Angelina a dit…

Merci ;)

Saravati a dit…

Bonjour, Angelina
Ah quel apprentissage difficile en tante parent de pouvoir dire non. Quel déchirement. Et pourtant il le faut pour que nos enfants grandissent et apprennent les limites de leurs désirs.
C'est un élément et le second, comme tu le soulignes à travers la panthère, est le fait de penser à soi. La société ne nous a pas habituées, nous les femmes, à le faire sans scrupules...et pourtant !
Bon week end, chère Amie.

Pixel bleu a dit…

Saravati : les hommes n'ont pensés qu'à eux et regarde un peu dans quel état ils ont mis le monde. Tu veux faire pareil ? Là où il restait un peu d'espoir de vous?

Saravati a dit…

@ Pixel bleu
Non pas pareil, différemment, non pas ne penser qu'à soi, mais penser aussi à soi. Etre bien en soi pour être bien parmi les autres. Ce qu'il y a, c'est que des femmes au pouvoir, on attend qu'elles réagissent comme les hommes et en même temps qu'elles fassent mieux, comme si on pouvait se découper en plusieurs morceaux ... tu mets de l'espoir dans les femmes, j'espère que tu as raison, mais je ne suis pas sûre...

Bonjour Angelina, j'espère que tu vas bien, même si pour l'instant, tu as dit non au blog.

Angelina a dit…

Bonjour tout le monde.

Saravati, je fais juste une pause et je t'avoue que j'ai hâte d'y écrire à nouveau ;-) et aussi de prendre le temps de vous lire.

Merci de vos passages et de vos commentaires.

A Casa Onde Vivemos... a dit…

Angelina,
... le temps est une illusion, celui où l'on prend plaisir à écrire, celui où l'on souffre sans pouvoir écrire.
Les moments d'absence sont durs pour ceux qui te lisent, mais "nous" l'espérons, essentiels.

Jusqu'à ton prochain retour!
Hauts les coeurs...

isabelle